Jusqu’à l’âge de 28 ans, Céline Bénabes ne lit pas. Avant qu’une profonde remise en cause personnelle ne la voit se jeter à corps perdu dans la lecture. Parce que les écrivains mettent des mots sur nos ressentis, sur nos vies. Parce que lire devient alors indispensable, nécessaire à cette grande mélomane, folle de jazz et chanteuse à ses heures. « La musique est ma respiration, la littérature ma nourriture ».

Au début des années 2000, cette Bretonne, née à Lorient, décide de consacrer sa vie professionnelle aux livres et aux écrivains. Après dix années « précaires » où elle multiplie, principalement à Rennes, l’organisation d’ateliers, rencontres et autres salons littéraires, elle débarque à Laval en 2011, en tant que directrice de Lecture en tête.

« Une association de lecteurs », créée en 1992, dont elle partage pleinement la vocation : contribuer à faire découvrir des jeunes auteurs et de nouvelles voix, de préférence singulières dans le paysage littéraire. Des écrivains que l’association accompagne souvent au long cours, via ses nombreuses actions : animation d’une saison littéraire, création il y a dix ans d’une résidence d’écrivain pionnière en la matière, prix du second roman… Sans oublier évidemment le festival du premier roman et des littératures contemporaines. Une quarantaine d’auteurs participeront à la 28e édition de cette manifestation, du 2 au 5 avril prochain, parmi lesquels des fidèles comme Sorj Chalandon ou Yahia Belaskri, ainsi que 14 des 16 primo-romanciers sélectionnés (par des lecteurs) pour le cru 2020. Ouvert, curieux, « humaniste, engagé » (à l’image de son parrain cette année, Laurent Mauvignier), ce festival, Céline Bénabes le voit comme un espace de rencontre et de dialogue privilégié, où les auteurs sont « hyper accessibles », loin de l’entre-soi et des clichés élitistes parfois attachés à la littérature. « Dédramatisons le rapport à la lecture » : la littérature que défend la désormais Lavalloise est en prise directe avec le monde réel, incarnée. Plutôt qu’avec son intellect, « on lit d’abord avec son corps » revendique-elle.

 

Playliste :

1- Michel Jonasz – Les fourmis rouges (Live au Casino de Paris 2005)
2- Sarah Vaughan – Fly me to the moon (Live in Berlin 1969)
3- Wes Montgomery – Full house (Live at Tusbo 1962)
4- Maurane – Ça casse (À l’Olympia 1999)

Partager sur les réseaux sociaux