De la Russie à Laval city. Rencontre avec Evguénia Chtchelkova, ancienne élève du Bolchoï, aujourd’hui danseuse contemporaine sollicitée par de nombreux chorégraphes.

De sa Russie natale, Evguénia Chtchelkova a conservé un léger accent russe qui teinte son français parfait. Dans cet accent, comme dans sa voix, vibrent sans doute un peu ce qu’elle est : ce mélange de douceur et de froideur slave, de grande sensibilité et d’impassibilité, de sincérité sans filtre et d’élégante retenue…

De l’école des prestigieux ballets du Bolchoï où elle est entrée à 11 ans en 1991 à son admission au conservatoire national supérieur de Lyon (CNSMD) en 1998, la danseuse raconte son parcours. Et se souvient de ce jour où une professeure, ex-danseuse du Bolchoï aux « magnifiques chaussons bleu turquoise« , a transmis son amour de la danse à la petite fille qu’elle était. Un amour qui n’a cessé de l’habiter depuis.

Plus tard, toujours à Moscou, elle découvre la danse contemporaine avec le danseur Nikolaï Ogriskov, et un nouveau « monde extraordinaire » s’ouvre à elle. Un monde dont la route passe par le conservatoire de Lyon. C’est là qu’elle rencontre le chorégraphe Yan Raballand, avec lequel se tisse une étroite complicité. Elle participe à toutes les spectacles de sa compagnie depuis sa création. « Nous recherchons la même chose, une précision du geste, une finesse du mouvement… Yann, c’est ma béquille, mes bras, mes jambes…« 

Evguénia a aussi dansé sous la direction d’Odile Duboc, chorégraphe française majeure, et poursuit, en tant qu’interprète et parfois chorégraphe, ses collaborations avec de nombreuses compagnies, comme en témoigne son déjà très riche CV.

Depuis peu, elle travaille avec le chorégraphe David Drouard, en vue d’une nouvelle création en 2022. Un projet éphémère les a fait se rencontrer. Et entre la danse, très physique, du Lavallois et celle plus intérieure d’Evguénia quelque chose s’est noué. « Sans trop qu’on sache pourquoi, entre les corps, il y a une alchimie qui se créé ou pas« , raconte David Drouard, aux côtés d’Evguénia pour la dernière partie de cette émission enregistrée au Théâtre de Laval. Tous deux participent activement à l’occupation du Théâtre, qui s’inscrit dans le mouvement national « Théâtres occupés », lancé début mars à L’Odéon à Paris. Très vite, il leur a paru « évident » de rejoindre ce mouvement qui revendiquait dès avril une réouverture rapide des lieux de culture, le renouvellement de l’année blanche (permettant aux intermittents de continuer à percevoir leurs droits) et la suppression de la réforme de l’assurance-chômage, qui « menace de précipiter dans une plus grande précarité de nombreuses professions déjà fragilisées« .

Playlist

1 – Nina Simone – Love me or leave me
2 – Vivaldi – Cum Dederit (Nisi Dominus RV 608)
3 – Serge Gainsbourg – L’eau à la bouche 
4 – The Beatles – While my guitar gently weeps

Chaque premier jeudi du mois à 21h sur L’autre radio, Tranzistor l’émission accueille un acteur de la culture en Mayenne : artiste, programmateur, organisateur de spectacle… Trois fois par an, Tranzistor part en « live » pour une émission en public. Au programme : interviews et concerts avec deux ou trois artistes en pleine actualité.

Partager sur les réseaux sociaux