Programmateur du festival Le Chainon manquant, l’hyperactif Kévin Douvillez cumule, avec une aisance décoiffante, de multiples casquettes, entre programmation, conseil artistique pour différents festivals et direction de La Familia, label et structure de production.   

Qu’est-ce qui fait courir Kévin Douvillez ? Directeur artistique du Chainon, qui fêtait en septembre dernier son 30e printemps (dont 10 passés à Laval), ce quadra, boule à zéro et moustache fournie, collabore également avec l’équipe qui pilote la salle de L’Aire Libre, le chapiteau Le MeM et le festival Mythos à Rennes. Depuis 2012, il dirige aussi La Familia, label et structure de diffusion qui compte dans son catalogue des artistes comme Alexis HK, Chloé Lacan, Rosemary Standley, Fixi, L… 

Né en 1977 à Brest, « son fief » auquel il demeure très attaché, ce Breton pur beurre ne se destinait pas à écumer les festivals et théâtres. Étudiant, inscrit à la fac de Rennes en histoire de l’art et archéologie, il rêve de devenir « inspecteur général de l’Inventaire » (ça ne s’invente pas…). Il y voit un lien avec son job actuel où il s’astreint à repérer et dresser un inventaire exhaustif des artistes qu’il sera ensuite susceptible de programmer et accompagner.  

Un stage « sollicité par hasard » chez Morgane production en 2000 le fait changer de voie. Cette structure de production audiovisuelle, spécialisée alors dans la captation de spectacles, est dirigée par Gérard Pont, figure du paysage musical hexagonal et Brestois lui aussi. Rencontre décisive. Le binôme fonctionne à plein régime et lorsque Morgane production rachète Les Francofolies de la Rochelle en 2005, Kévin se retrouve, à 28 ans, programmateur d’un des plus importants festivals musicaux français. Pendant plusieurs années, l’inspecteur de l’Inventaire qu’il ne sera sans doute jamais laboure blogs et autres Myspace pour écouter « tout ce qui se fait ». Régime strict auquel s’ajoute une absorption boulimique de concerts, « 3 à 4 par soir, 5 jours par semaine, soit près de 1000 concerts par an ».  

« Ouvrir ses chakras »

Il ressort de cette aventure professionnelle grandi mais épuisé, avec l’impérieuse envie d’« ouvrir ses chakras » à d’autres univers : théâtre, danse, conte… Une autre évidence s’impose : au-delà du temps éclair d’un concert ou des accompagnements plus longs auquel il a goûté avec le Chantier des Francos, il souhaite établir des compagnonnages dans la durée avec les artistes.  

Ces choix, il les concrétise aujourd’hui au Chainon comme avec La Familia. Modèle unique de mise en relation des compagnies avec les lieux de spectacles, le Chainon, c’est d’abord un réseau de 305 diffuseurs adhérents, qui repèrent dans leur territoire respectif des artistes échappant souvent aux radars des programmateurs, alors qu’ils mériteraient une plus large exposition. Depuis son arrivée en 2015, Kévin butine dans ce vaste champ de propositions, dont est issu un tiers environ des 70 artistes programmés lors de chaque édition de ce festival pluridisciplinaire. En 2021, plus de 350 pros, se mêlant aux 11.000 spectateurs non accrédités, y ont fait leur marché. « Entre 1000 et 1500 dates sont générées à la suite du Chainon », table Kévin. 

Quant à La Familia, dont il est devenu propriétaire quelques années auparavant, il y joue un rôle qui lui convient parfaitement : être au cœur de la création artistique et aider des artistes à concrétiser leur projet, de préférence « hybride et inclassable ». 

 

 Playlist

1. Arnaud Fleurent-Didier – France culture  

2. Dietrich Buxtehude – Jesu, Meines, Lebens Leben  

3. San Salvador – Enfans de la Campagna  

4. Fixi & Nicolas Giraud – 79!  

 

Chaque premier jeudi du mois à 21h sur L’autre radio, Tranzistor l’émission accueille un acteur de la culture en Mayenne : artiste, programmateur, organisateur de spectacle… Trois fois par an, Tranzistor part en « live » pour une émission en public. Au programme : interviews et concerts avec deux ou trois artistes en pleine actualité.

Partager sur les réseaux sociaux